×

Plus que deux semaines avant le SPIK 2017

La dixième édition du SPIK approche à grands pas. À l’occasion de cet anniversaire exclusif, nous avons le plaisir de vous proposer une version étendue du congrès. Le premier jour sera dédié à la collaboration avec nos partenaires, l’OFPP et fedpol, avec au programme différentes présentations provenant de Suisse et de l’étranger en lien avec la communication d’intervention, telle qu’elle était précédemment thématisée notamment lors du «PolycomDay».

fedpol profitera également de cette première journée pour organiser dans le cadre du SPIK le congrès national des enquêteurs IT. L’ancien SPIK Cyber-Track fait désormais partie intégrante de ce congrès. Bien que le cercle des participants soit limité aux représentants du maintien de l’ordre, nous souhaitons mentionner la tenue de cet événement car il met parfaitement en lumière une autre facette de l’ICT dans la police ainsi que le potentiel de synergie du SPIK.

Nous nous réjouissons donc d’accueillir cette année encore au Stade de Suisse de nombreux représentants de la police, du maintien de l’ordre, de l’ICT et de la politique, venus de Suisse et de l’étranger.

Citons quelques moments forts du programme: le 30 mars, Stefan Blätter, Président de la CCPCS (Conférence des commandants des polices cantonales) et Commandant de la police cantonale de Berne, donnera le coup d’envoi officiel de la conférence du SPIK. Le 29 mars, Thomas Baumann, du Polizeipräsidium München, se présentera en premier à l’assistance pour aborder le thème de la «Communication de crise à l’exemple de la tuerie de Munich et solutions de communication IT pour la maîtrise des interventions». Connu des cercles gravitant autour des technologies de l’information, le philosophe et journaliste Ludwig Hasler adopte quant à lui une toute autre approche: après la pause déjeuner du deuxième jour, il exposera la thèse selon laquelle «Tout va s’arranger. Et donc empirer». Le SPIK 2017 prendra fin en jetant un regard vers l’avenir, avec la «réalité mixte» à l’exemple de HoloLens, de la chirurgie du cerveau à Berne et du travail de la police.

Pourquoi SPIK?